Craintes de récession ou embellie des marchés, qui faut-il croire ?

le 7 juin 2016

Les mauvais chiffres de l’emploi publiés aux USA vendredi dernier ont semé le trouble dans l’esprit des investisseurs. Effectivement, les chiffres de création d’emploi de la semaine dernière sont très faibles et s’inscrivent dans un ralentissement sur plusieurs mois.

Un certain nombre de voix s’élèvent même pour prédire une récession imminente. Ces craintes sont-elles suffisantes pour rompre l’équilibre fragile que les marchés ont trouvé depuis plusieurs mois ?

En Allemagne, si le PIB progresse au 1er trimestre de 1,3% sur un an, la balance commerciale affiche des surplus insolents, ce qui semble suffire à satisfaire nos voisins.

L’Espagne, partant de très bas, a renoué avec les taux de croissance de 2007. L’Italie et la France ont redressé la tête depuis le trou d’air de 2012 mais peinent à retrouver un rythme de croisière.

Au Japon, les Abenomics n’ont pas débouché sur des hausses de salaires. C’est pour cela que, comme nous l’évoquions la semaine dernière, le Japon pourrait être le 1er pays à distribuer des bons pour relancer la consommation.

Aux USA, le business as usual prévaut. Les ménages s’endettent pour financer leur consommation : prêts auto, prêts études, prêts immo… Tant qu’un choc exogène ne vient pas remettre en cause le modèle de l’endettement, l’économie et les marchés peuvent poursuivre sur leur trajectoire…