Les perspectives économiques et géopolitiques sèment le doute chez les investisseurs

le 10 November 2014

Une fois encore les performances des marchés financiers ont été disparates entre le 3 et le 7 novembre alors que les Etats-Unis et le Japon progressent, l’Europe recule. Si la BCE a ouvert la voie à de nouvelles mesures de soutien à l’économie, il reste à savoir quels sont les moyens qu’elle compte mettre en œuvre pour y parvenir. Le doute demeure donc dans l’esprit des investisseurs alors que les perspectives de croissance de la zone euro ont été revues en baisse par la Commission Européenne. A l’inverse, l’économie américaine continue de délivrer de bons indicateurs en dépit d’une légère déception sur l’emploi (création de 214 000 emplois contre 235 000 attendus), les chiffres publiés la semaine dernière (indicateur ISM à 59) indiquent que la reprise américaine se poursuit à un rythme soutenu.

Sur la semaine, les prix du Brent, échéance 1 mois, ont reculé de 2,9 % à 83,13 $/b en moyenne. Les prix du WTI s’inscrivent en baisse de 3,8 % à 78,24 $/b en moyenne. Les prix continuent de subir des pressions baissières alimentées par la remontée du dollar et une offre abondante. Seule une intervention de l’OPEP pourrait faire remonter les cours. Mais l’Arabie Saoudite a décidé de ne plus intervenir en diminuant sa production pour agir sur les prix. Le royaume semble s’être lancé dans une guerre des prix face au développement de nouvelles productions concurrentes et en particulier le pétrole de schiste américain. L’Arabie Saoudite part du principe que les producteurs qui ont les coûts les plus élevés couperont d’eux-mêmes leur production, ce qui rééquilibrera naturellement le marché et fera remonter les prix.

>> Lire la Lettre hebdo Turgot Pure Energy n°35 du lundi 10 novembre 2014