Une semaine sur les marchés : la bonne résistance des majors pétrolières

le 5 May 2015

Si le dossier grec pèse sur les marchés, les grosses compagnies pétrolières résistent. Et avec elle, le fonds Turgot Pure Energy. Le point hebdomadaire sur la performance du fonds.

Les marchés sont en recul sur toutes les zones sur la semaine en raison du manque de visibilité sur le dossier grec, la réunion du FOMC et surtout la publication du PIB américain au T1, en dessous des attentes et en ralentissement par rapport au T4 2014 (+0,2% au T1 15 contre +2,2% au T4 14). Aux Etats-Unis, l’indice de confiance du consommateur a également reculé, même s’il reste sur des niveaux élevés. La Fed a commenté et reconnu ce ralentissement, tout en attendant une croissance modeste sur le reste de l’année, ce qui n’exclut pas une remontée potentielle des taux, qui n’interviendrait pas avant la fin de l’année.

Les services pétroliers en difficulté
Le secteur de l’énergie se comporte globalement comme le marché. Au niveau des publications de résultats, on souligne toujours la bonne résistance des grosses compagnies pétrolières : Total, BP et Eni ont publié des résultats supérieurs aux attentes et résilients. En revanche, du côté des sociétés de services pétroliers, les choses sont plus compliquées. Vallourec a annoncé des chiffres en-dessous des attentes, un free cash flow négatif et de nouvelles mesures d’adaptation dans un environnement difficile avec une réduction de ses effectifs de 10% dans le monde. Les perspectives demeurent encore mauvaises du côté des services pétroliers et cela se traduit par des reports de lancements de projets et des négociations difficiles sur les projets en cours.

Notre stratégie reste néanmoins inchangée à ce stade. Nous considérons que le rebond des prix du brut devrait se poursuivre avec la fin des maintenances dans les raffineries et de l’ajustement en cours de l’offre, en particulier du côté du pétrole de schiste aux Etats-Unis. Nous sommes ainsi exposés aux segments qui bénéficieront les premiers de la remontée des prix, à savoir les sociétés E&P et les services pétroliers.

 

Sur la semaine, les prix du Brent (échéance 1 mois) sont en hausse de 2,8% à 64,00 $/b en moyenne. Les prix du WTI affichent une hausse de 2,5% à 57,57 $/b en moyenne.

Evolution des prix du Brent ($/b) Janvier 2010 – Avril 2015

Evolution des prix du Brent ($/b) Janvier 2010 – Avril 2015

 

Les prix du pétrole poursuivent leur hausse sur la semaine, le Brent atteignant 64$ et près de 58$ pour le WTI. Les prix ont été soutenus par la faiblesse du dollar et l’annonce d’un petit reflux des stocks de brut au terminal de Cuchin, le premier en quatre mois.

Bien que la production américaine ait légèrement remonté la semaine passée (+7000 barils) après trois semaines de repli, les prix du WTI ont été soutenus par une augmentation des stocks inférieure aux prévisions du consensus (+2,3 Mb) ainsi que par la première baisse des stocks depuis 21 semaines à Cushing (point de formation du prix du WTI).

Cependant, selon le Département américain de l’énergie (DOE), les stocks de pétrole brut ont augmenté de 1,9 Mb la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, et s’élèvent à 491 Mb, soit le plus haut jamais atteint. Le marché américain a donc du mal à absorber une production domestique toujours élevée de 9,4 Mb/j et ce malgré une baisse continuelle des foreuses en activité depuis octobre dernier.

Du côté des pays émergents, la demande en Chine et en Inde montre des signes d’amélioration. Sur le T1 15, elle a progressé de 7% en Chine et de 4,8% en Inde. Ceci s’explique par une volonté de restockage des Etats ainsi qu’un effet prix positif sur la demande.

Par ailleurs, le marché scrute les nouvelles venant d’Arabie Saoudite où le roi Salmane a procédé à un remaniement à la tête de la monarchie pétrolière. Mohammed ben Salman, fils du roi et ministre de la défense devient le nouveau prince héritier et plusieurs ministres ont été remplacés. Il consolide, par cette occasion, le pouvoir des Sudairi (branche de la famille royale) dont il fait partie et apporte une meilleure visibilité et stabilité sur les questions de succession pour les années à venir, ce qui est rassurant pour les marchés. Au Yémen, les combats se poursuivent et créent de la nervosité, propice à la montée des prix.

 

FCP Turgot Pure Energy la semaine du 24/04/2015 au 30/04/2015

Indice composite constitué à 100% de l’indice MSCI World Energy ex AUS Energy Index de la création au 28/06/2013 puis de 50% du S&P 1500 Energy Index et 50% du Stoxx Europe 600 Oil & Gas à partir du 05/07/2013. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.

Indice composite constitué à 100% de l’indice MSCI World Energy ex AUS Energy Index de la création au 28/06/2013 puis de 50% du S&P 1500 Energy Index et 50% du Stoxx Europe 600 Oil & Gas à partir du 05/07/2013. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.

 

> Les 10 premières lignes du portefeuille (au 30/04/2015)

Whitecap Resources 4,48 % de l’actif
EOG Resources 4,31 % de l’actif
Noble Energy 4,14 % de l’actif
Total 4,05 % de l’actif
Marathon Oil 3,81 % de l’actif
Chicago Bridge 3,63 % de l’actif
Torc Oil & Gas 3,60 % de l’actif
Western Gas Partners 3,37 % de l’actif
Statoil 3,13 % de l’actif
Brookefields Inf.Partner 3,01 % de l’actif

> Les principales contributions positives de la semaine
PGS (+9,9%), Rice Energy (+8,0%), Statoil (+2,6%).

> Les principales contributions négatives de la semaine
Vallourec (-12,1%), Enphase Energy (-9,5%), SapuraKencana (-9,0%).

Le niveau d’investissement en actions s’élève à 97,43% contre 99,21% la semaine précédente. L’exposition aux devises s’élève à 68% et n’est pas couverte. Elle porte sur le dollar (39,3%), le dollar canadien (16,9%), la couronne norvégienne (4,4%), le ringgit (2,5%), la livre sterling (2,5%) et le dollar de Hong-Kong (2,4%).