Le maintien des quotas OPEP pèse sur les prix de l’or noir

le 9 juin 2015

Poursuite de la phase d’hésitation sur les marchés en raison des incertitudes sur le dossier grec et de la hausse des taux longs. Sur le marché pétrolier, les prix ont corrigé suite à l’annonce du statu quo de l’OPEP.

 

Les marchés sont restés orientés au gré des nouvelles sur les négociations entre la Grèce et ses créanciers, qui restent tendues et tant qu’un accord ne sera pas signé, le dossier grec continuera de peser sur le sentiment de marché. La semaine a donc été marquée par une forte volatilité avec une forte variation sur les taux longs (le bund qui s’écarte de +40 bp et qui vient impacter la valeur des actifs). La bonne nouvelle est venue de la BCE, qui a confirmé sa politique monétaire et n’a donc pas modifié ses taux ni le dimensionnement du QE qui doit se prolonger jusque septembre 2016.

L’OPEP a décidé de maintenir son plafond de production à 30M b/j entraînant ainsi une baisse du pétrole qui navigue toujours autour de 60$. Dans ce contexte de volatilité sur les marchés et de pression sur les prix de l’or noir, le secteur de l’énergie est en recul sur la semaine. Nous continuons de penser que les prix vont rester orientés à la baisse à court terme compte tenu de la persistance d’une offre abondante et de la volonté affichée de l’OPEP de peser sur les prix dans une stratégie de gain de parts de marché. Nous considérons néanmoins que les prix du pétrole seront orientés à la hausse à moyen terme en raison de l’ajustement en cours de l’offre, en particulier du côté du pétrole de schiste aux Etats-Unis. Nous avons tout de même réduit notre exposition aux sociétés les plus sensibles aux prix du pétrole, à savoir les sociétés E&P et les services pétroliers afin de protéger le portefeuille d’une baisse trop violente dans un contexte de correction sur les prix à court terme.

 

Evolution des prix du Brent ($/b) de janvier 2010 à juin 2015

Evolution des prix du Brent ($/b) de janvier 2010 à juin 2015

 

Sur la semaine, les prix du Brent (échéance 1 mois) sont en recul de 5,1% pour le Brent à 61 $/b et de 3,7% pour le WTI à 58 $/b au 05/06. Les prix du pétrole restent davantage orientés par l’évolution du dollar que les fondamentaux. Ces derniers restent faibles avec une abondance de l’offre toujours importante. En effet, les productions de l’OPEP, de la Russie et des Etats-Unis sont à leurs plus hauts. L’OPEP a maintenu vendredi le statu quo, poursuivant ainsi sa stratégie de protection de ses parts de marché.

Après la réunion de l’OPEP, les investisseurs étaient attentifs aux négociations entre l’Iran et les grandes puissances sur un accord final sur le nucléaire iranien qui doit être conclu d’ici fin juin. Le groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) négocie depuis l’automne 2013 avec l’Iran pour trouver un moyen de contrôler les ambitions nucléaires de Téhéran en échange d’une levée des sanctions internationales. Si les sanctions internationales contre l’Iran étaient levées, le pays pourrait produire 1 Mb/j supplémentaires dans les six à sept mois qui suivent, a précisé le ministre iranien du Pétrole, lors de la réunion OPEP de vendredi. Cette perspective pourrait peser sur les cours dans un marché qui souffre depuis des mois de la surabondance d’offre mondiale.

Par ailleurs des inquiétudes sur la demande chinoise, le deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde, pèsent également. En effet, les douanes chinoises ont fait état de fortes baisses en volume des importations de pétrole brut en mai (-10,9% sur un an), à 5,5 Mb/j, un plus depuis février 2014. La demande de pétrole venant de Chine, qui a soutenu la demande ces derniers mois, devrait croître moins rapidement dans les prochaines années, conséquence de l’essoufflement graduel de l’économie du pays. Au final, les fondamentaux n’ont pas vraiment changé depuis janvier (lorsque les cours avaient atteint un minimum en 6 ans). L’offre est abondante et devrait le rester dans un futur proche. Pas de quoi soutenir les cours.

 

FCP Turgot Pure Energy sur la semaine du 29/05 au 06/05/2015

graph TPE

> Les dix premières positions du fonds

positions du fonds

 

> Les principales contributions positives de la semaine
Canadian Energy Services (+3,8%), Rubis (+2,2%), Schoeller-Bleckmann (+1,7%).

>Les principales contributions négatives de la semaine
Saipem (-10,9%), Veresen (-8,7%), Tesoro (-6,1%).

Notre niveau d’investissement en actions s’élève à % (vs 90,27% la semaine précédente). Notre exposition devises s’élève à 54,9% et n’est pas couverte. Elle porte sur le dollar (34,7%), le dollar canadien (9,1%), la couronne norvégienne (4,0%), le ringgit (2,5%), la livre sterling (2,4%) et le dollar de Hong-Kong (2,2%).