Remarquable hausse des prix du pétrole

le 14 octobre 2015

La publication de chiffres sur l’emploi américain inférieurs aux attentes vendredi dernier aura rassuré les marchés sur le report de la hausse des taux de la Fed. Les marchés actions s’inscrivent ainsi largement en hausse sur la semaine avec un MSCI World converti en euros à +2,88%, un S&P 500 converti en euros à +2,00% et un EuroStoxx 50 à +5,25%.

Les chiffres décevants de l’emploi américain (+142K emplois en sept. vs +201K attendu) de vendredi dernier ont rassuré le marché sur une éventuelle hausse des taux dont la probabilité qu’elle intervienne en 2015 recule fortement. Il faut attendre mars 2016 pour voir une probabilité de hausse des taux supérieure à 50% (pour le marché). Les minutes de la FED n’ont rien apporté de nouveau, elles confirment que le manque de visibilité sur les perspectives économiques justifie le report de la hausse des taux.

Le FMI a, comme prévu, revu en baisse ses perspectives de croissance mondiale pour tenir compte du ralentissement dans les émergents. La croissance mondiale 2015 devrait être proche de 3,1% (vs +3,3% attendu en juillet et +3,8% en octobre dernier). L’essentiel de la révision à la baisse se concentre sur les émergents (Brésil et Russie), avec un Brésil qui devrait reculer de 3% cette année (les T3 et T4 devraient être assez dégradés). Le FMI a également abaissé sa prévision de croissance mondiale 2016 à 3,6% (vs 3,8% précédemment), la révision provenant principalement du Brésil passant à -1% (vs +0,7% précédemment), de l’Europe à 1,6% (vs 1,7%) et des US à 2,8% (vs 3%).

Les réserves de change chinoises ont diminué de 43 Md$ en septembre (vs -55 Md$ attendu et -93 Md$ en août), ce qui a plutôt rassuré le marché.

La production industrielle d’août a été en hausse de 1.6% en France (vs +0.5% attendu et -1.1% en juillet), -1.2% en Allemagne, -0.5% en Italie, +1% en Grande Bretagne et -1.3% en Espagne. Le chiffre au niveau européen devrait ressortir à environ -0.5% en août.

Du côté de l’énergie, les prix du pétrole ont bénéficié de nombreux facteurs de soutien parmi lesquels on peut citer : 1/ la poursuite de la baisse de l’activité de forage aux Etats-Unis ainsi que le recul plus important que prévu de la production nord-américaine, 2/ l’éventualité d’une réunion courant octobre entre l’Arabie Saoudite et la Russie afin de discuter des volumes de production, avec en marge le retour de l’Iran sur le marché (allié des russes), 3/ des combats en Syrie 4/ et d’un rebalancing vers les matières premières dans l’anticipation d’un stabilisation de la macro chinoise. Le secteur énergie est ainsi en forte hausse sur la semaine et surperforme largement les marchés actions généralistes.

Nous continuons néanmoins de penser que les prix vont rester sous pression à court terme compte tenu de la persistance d’une offre abondante, de la fragilité des marchés financiers et de la volonté affichée de l’OPEP de peser sur les prix dans une stratégie de gain de parts de marché. Nous considérons néanmoins que les prix du pétrole seront orientés à la hausse à moyen terme en raison de l’ajustement en cours de l’offre, en particulier du côté du pétrole de schiste aux Etats-Unis. Le rebond des prix devrait cependant être lent et progressif.

Notre allocation reste majoritairement orientée sur les majors pétrolières, le midstream ou les sociétés E&P et de services pétroliers dont les situations financières restent solides et les positionnements sur des niches.

 

Evolution des prix du Brent de Janvier 2010 à Octobre 2015

Brent

Sur la semaine, les prix du Brent (échéance 1 mois) sont en hausse 9,4% pour le Brent à 52,65 $/b en clôture vendredi et de 9,0% pour le WTI à 49,63 $/b.

Les prix du pétrole ont fortement progressé sur la semaine, à la fois sur des facteurs liés aux fondamentaux et à la géopolitique. Du côté des fondamentaux, la baisse du nombre de forage aux Etats-Unis s’est accentuée la semaine passée (-26 foreuses) et se situe désormais à 614 foreuses à comparer à 628 lors du précédent point bas fin juin. L’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a également révisé ses prévisions, anticipant une réduction plus rapide du surplus actuel de production. Du côté géopolitique, l’engagement des forces militaires aériennes russes contre l’Etat Islamique en Syrie depuis le 30 septembre conduit à un certain retour de la prime de risque dans la formation des prix du pétrole. Même si la Syrie n’est pas un producteur de pétrole majeur, une escalade de la violence pourrait venir perturber la production pétrolière de la région. C’est ce que le marché craint compte tenu du soutien de la Russie et de l’Iran au régime d’Assad tandis que l’Arabie Saoudite aide les rebelles.
En outre, notons parmi les autres éléments de soutien : 1/ l’éventualité d’une organisation d’une réunion, dans le courant du mois d’Octobre, entre l’Arabie Saoudite et la Russie afin de discuter des volumes de production avec en marge le retour de l’Iran sur le marché (allié des Russes) 2/ et un rebalancing vers les commodities dans l’anticipation d’une stabilisation macro chinoise.

 

FCP Turgot Pure Energy depuis la création

TPE

 

Les 10 premières positions du fonds au 09/10/2015

Top 10

> Les principales contributions positives de la semaine
Tullow Oil (+32,6%), Bankers Petroleum (+31,0%), Torc Oil & Gas (+27,43%).

>Les principales contributions négatives de la semaine
Aucune.

Notre niveau d’investissement en actions s’élève à 97,70% (vs 99,54% la semaine précédente). Notre exposition devises s’élève à 68,7% et n’est pas couverte. Elle porte sur le dollar (49,5%) et le dollar canadien (19,2%).