Vers le maintien des niveaux de production de l’OPEP

le 12 mai 2015

Découvrez les actualités qui ont marqué le secteur de l’énergie et du pétrole la semaine du 4 au 7 mai 2015.

 

Pour la première fois depuis le début de l’année, le Département de l’Energie Américain (DOE) a publié des stocks hebdomadaires de brut en recul, à -3,9 Mb alors que le marché tablait sur une hausse de 1,5 Mb. Ce repli inattendu est expliqué en partie par  une diminution des importations sur la semaine et par une augmentation du taux d’utilisation des raffineries, qui tournent à 93% contre 91% la semaine auparavant. Selon Reuters, les raffineries fonctionnent proche des niveaux records. Les raffineries américaines ont traité en moyenne 16,34 Mb/j la semaine dernière, soit une augmentation de presque 250 000 par rapport à la semaine précédente. Le traitement du brut a atteint des niveaux 1,2 Mb au-dessus de la moyenne sur 10 ans sur la semaine, à 280 000 Mb/j de son record historique. Les prix bas du pétrole du Dakota du Nord, entre autres, couplé à la vigueur de la demande et des prix des carburants raffinés, a poussé les raffineries à maximiser la production.

Premier recul des stocks de pétrole de brut aux Etats-Unis depuis janvier…
Parmi les autres raisons expliquant le recul des stocks de brut aux Etats-Unis, on peut citer, le recul de la production, une demande en produits finis pour les quatre dernières semaines en hausse de 2,8% par rapport à la même période en 2014 et une diminution constante des rigs de forage (-24 sur la semaine pour atteindre 679 rigs contre 1609 au point haut en octobre 2014). Ces informations continuent de militer pour un rééquilibrage en cours de l’offre par rapport à la demande aux Etats-Unis.

…mais poursuite de l’augmentation de la production de l’OPEP
Alors que du côté des Etats-Unis, l’offre s’ajuste, la situation est différente du côté du Moyen Orient. En effet, selon Reuters, qui se base sur des données de transport maritime, et de sources de l’industrie pétrolière et de l’OPEP, la production de l’OPEP a augmenté en avril, pour atteindre 31,04 Mb/j contre 30,97 Mb/j en mars, à un plus haut depuis novembre 2012. L’augmentation repose surtout sur l’Irak, qui avait déclaré viser 3,1 Mb/j d’exportations ce mois-ci après avoir atteint un record de 2,98 Mb/j en mars. Le Nigéria a également contribué positivement à l’augmentation. L’offre en provenance de l’Arabie Saoudite quant à elle légèrement baissé, tout en restant au-dessus des 10 Mb/j, suite à l’augmentation de la demande domestique. Une nouvelle qui avait pesé sur les prix du brut vendredi 1er mai.

En outre, Reuters a rapporté mercredi 6 mai, les propos de trois délégués de l’OPEP, qui ont déclaré que les pays membres de l’OPEP se préparaient à maintenir le niveau de production actuel lors de leur réunion du 5 juin, alors que les prix du pétrole se redressent. Malgré le fait que plusieurs pays soient en faveur de coupes de production, même les officiels de ces pays les considèrent peu probables, selon Reuters. Un délégué d’un pays du Golfe membre de l’OPEP, a déclaré : «les prix se sont révélés plus favorables que ce que tout le monde prévoyait, donc la politique [actuelle] de l’OPEP va probablement continuer».

 

L’Iran reçoit une délégation américaine
L’Iran, qui dispose des 4èmes réserves mondiales de pétrole et les deuxièmes réserves de gaz mondiales, a reçu une délégation américaine afin de passer en revue les opportunités d’investissements dans le domaine de l’énergie. Abbas Sheri-Moghaddam, vice-ministre du pétrole iranien, a déclaré s’attendre à ce que des compagnies pétrolières américaines majeures investissent dans le pays si les sanctions sont levées, ajoutant que des « sociétés européennes et américaines » avaient exprimé leur désir d’investir dans les nouveaux projets pétrochimiques iraniens. Pour rappel, les négociations avec le groupe 5+1 doivent s’achever le 30 juin 2015.